Les vacances sont terminées. Place à la rentrée. En guise de consolation, celle-ci nous invite à prendre des décisions : perdre ses mauvaises habitudes alimentaires, pratiquer une activité sportive, jouer d’un instrument de musique, prendre des cours de chinois… De nombreux efforts pour nous sentir mieux.

Je voue un culte aux magazines féminins. Alors, la meilleure de toutes ces décisions, c’est le choix d’un magazine qui m’accompagnera pendant ces longs mois de labeur. Voici ma sélection des MUST-HAVE.

img_1213.jpg

Flow, le bel objet

Elu meilleur titre de presse magazine de l’année 2017 par CB News, Flow a le vent en poupe. Créé en 2008 aux Pays-Bas par Astrid et Irène, ce magazine néerlandais a débarqué en France il y a peine 2 ans, après avoir conquis l’Allemagne.

Il m’a séduit car c’est un bel objet aussi bien qu’un magazine bien-être. 

Flow est, parfois, un livre, un joli carnet, un jardin secret, quelque chose de personnel. D’ailleurs, on peut y noter son prénom sur la première page intérieure.

Pour l’amour du papier 

Les papiers utilisés sont tous différents et de grande qualité. On y trouve aussi de belles illustrations réalisées par des artistes, détachables et en papier cartonné. D’ailleurs, chacune d’entre elles annonce une rubrique : Belles rencontres, Esprit libre, Petits plaisirs, Douceur de vivre. A chaque rubrique son papier, sa typographie et son univers.

Le petit plus : 2 cadeaux dans chaque numéro (du papier à lettre, un photophore, des cartes postales, des marques pages…).

A feel-good magazine 

Contrairement à beaucoup de féminins, ce sont 140 pages d’articles de fond et bien travaillés où la publicité est limitée. Ce n’est ni un magazine creux, ni un magazine pour faire du shopping, néanmoins, j’apprécie les 4 doubles pages e-shopping car « Quel que soit l’endroit où l’on vit, les jolies choses ne sont qu’à un clic de souris ».

Flow est toujours positif, fini les féminins qui nous dictent que porter et combien de kilos perdre. Chaque numéro à son thème : Petits gestes & Grands résultats (septembre 2017), Chercher et se trouver (mai-juin 2017), Extra & Ordinaire (janvier 2017). Les journalistes y abordent des sujets tels que le bonheur, nos relations vis-à-vis des autres et de notre environnement, l’amitié, le changement, l’amour, la gestion de ses émotions… souvent en citant des spécialistes. Le magazine fait aussi la part belle aux interviews de créatifs.

Selon Pascale Socquet, éditrice du pôle Femmes chez Prisma Media, «Flow va à l’encontre des autres magazines féminins, ancrés dans le quotidien, la famille, le travail. Flowest pour les femmes qui ont envie d’un temps de lecture pour elles, sur elles »

Ainsi, grâce à ce magazine, auquel je suis abonnée depuis plus d’une année, j’ai réfléchi à ma façon de vivre et à mes priorités. Je vous le conseille !

Instagram : @flowmagazine_fr 

Site web : www.flowmagazine.fr

Paulette, un magazine participatif et proche de ses lectrices

Une communauté Paulette

Paulette est le 1er magazine féminin 100% participatif ! Et j’adore. Le magazine est une véritable plateforme communautaire à laquelle les lectrices peuvent participer en soumettant leurs idées, en candidatant pour poser ou en écrivant des articles. RDV sur : http://bit.ly/2vTK9Ib.

D’ailleurs, il existe une communauté propre à ce féminin inspirant. Celle-ci s’est, en partie, développée grâce à des ambassadrices Paulette qui collent des affiches et organisent régulièrement des évènements à Paris ou en province comme les apéros blabla…

A fond sur les tendances 

Le magazine déniche les tendances et fait la promotion des jeunes artistes. J’aime beaucoup la rubrique « Coups de cœur » dans laquelle des créateurs, des acteurs, des chanteurs, des recettes et des lieux qui montent sont mis à l’honneur.

De plus, la rubrique « Carnet de voyage » me séduit à chaque numéro. C’est l’une des rubriques que j’attends avec le plus d’impatience…En septembre, Paulette, nous emmène à La Havane et nous livre quelques conseils, notamment les 10 activités incontournables à faire sur place. Le rêve.

S’il ne faut retenir qu’une seule chose : Paulette rime avec découverte et créativité.

La force de Paulette, c’est aussi son thème, toujours bien choisi, et ses articles qui le décryptent. En cette rentrée (numéro de septembre-octobre 2017), l’équipe Paulette a sélectionné le thème suivant « Nouvelle Vague – Spécial Génération Qui Ose », pour l’illustrer 23 portraits, avec bien souvent des interviews, de jeunes talents.

img_1216.jpg

Un magazine de mode accessible 

Tout comme dans Flow quelques pages « emplettes » jonchent le magazine et, il y en a pour toutes les bourses : du vernis Essie (10,90€) au lait tonifiant Chance Eau Tendre Chanel (49€) en passant par le pantalon en polyester Asos (44€), le sac à main en coton Amélie Pichard (750€) et par les sandales à plateau en fausse fourrure Miu Miu (575€). Nous avons de quoi nous inspirer.

Il ne faut pas sous-estimer la dimension « mode » du magazine, celui rassemble un porto-folio conséquent, néanmoins, contrairement à Vogue, magazine de luxe, les produits présentés ne sont pas inaccessibles, les mannequins sont des lectrices et lecteurs et la publicité se fait rare.

Tous les magazines sont des prescripteurs. Je n’en ai pas encore trouvé un qui ne le soit pas. Enfin…

A noter, paru pour la 1ère fois en kiosque, en février 2013, grâce à une levée de fond sur MyMajorCompany, le magazine s’est refait une beauté en janvier 2017. Verdict : le grand format est beaucoup plus agréable et laisse la place à de plus longues interviews, la mise en page est épurée et la couverture douce.

img_1217.jpg

Si tu as envie d’appartenir à la communauté Paulette c’est à dire à un groupe de femmes libres, indépendantes et déterminées, fonce ! Un magazine qui aide à se sentir bien dans ses baskets.

Instagram : @paulettemagazine

Site web : www.paulette-magazine.com. Pensez à télécharger l’application Paulette et le clavier emoji.

Causette, « Plus féminine que du capiton »

Créé en 2009, Causette est, avec un leitmotiv pareil, un mensuel engagée pour les femmes.

Gregory Lassus-Debat, fondateur et directeur de la publication, considère les femmes non comme des consommatrices mais comme « des êtres sociaux doués d’intelligence et de subjectivé, intéressés par le monde qui les entoure et envieux de passer un bon moment ».

C’est la ligne éditoriale du magazine qui m’a séduite : enquêtes journalistiques, reportages, portraits et interviews sont au programme.

Les journalistes s’affairent pour éveiller les consciences et faire bouger les lignes. Par exemple, en 2014, La Guerre Invisible : Révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française est publié et pousse le Ministère de la Défense à lancer une enquête interne au sein de l’armée.

Causette aborde, sur un ton plein d’humour et décalé, des sujets encore tabous dans notre société comme le viol, les violences de l’accouchement etc. D’ailleurs, il est possible de se procurer les anciens numéros sur la boutique Causette : Fantasmes (hors-série n°6)…Voyage en Clitorie, le hors-série n°5, victime de son succès est épuisé.

Contrairement à la plupart des magazines féminins, Causette nous informe et ne cherche pas à vendre des produits : 1 page de publicité, un record. Je souhaitais un magazine qui ne me recommande pas d’acheter ceci ou cela, le voici. C’est le seul magazine féminin à être reconnu comme une publication d’information politique et générale par le Ministère de la Culture.

De plus, selon The Times, Causette est le « symbole de la renaissance féministe française » et « transgresse toutes les règles de la presse féminine française »

Enfin, comme Paulette, Causette est pensé comme une communauté. Il existe un réseau social du nom du magazine où chacun peut partager son opinion sur la « place publique ». Le magazine organise aussi ses propres évènements comme le Festival solidaire Causette qui a eu lieu les 22, 23, 24 et 25 juin derniers.

Causette est la reine de l’info !

Instagram : @_causette_

Site web : www.causette.fr Pensez à télécharger l’application réseau social Causette.

Green Scarf Lady.

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire